Un alsacien s’oppose à la réforme territoriale et entame la construction d’un mur entre les régions Alsace et Lorraine

Share Button




SOCIETE – Alors que le projet de réforme territoriale divise la droite comme la gauche, Robert Gewilscheim, retraité strasbourgeois de 67 ans, vient de démarrer la construction d’un mur entre l’Alsace et la Lorraine pour protester contre le projet de fusion des deux régions.

Ce retraité de la fonction publique se définit avant tout comme un défenseur de l’exception culturelle alsacienne. « J’ai participé à la manifestation du 11 octobre 2014 à Strasbourg et je ne veux pas de ce mariage entre l’Alsace, la Lorraine et la région Champagne-Ardennes » nous confie-t-il. « Nos régions n’ont pas la même histoire, ni les mêmes traditions. On ne parle pas la même langue, on ne se comprend pas. Il faut laisser à chacun la possibilité de garder ses coutumes. »

Il est vrai que l’antagonisme entre les alsaciens et les lorrains est ancré dans les esprits des habitants des deux régions. Il trouverait ses origines au XVIe siècle avec l’intervention militaire du duc de Lorraine durant la guerre des Rustauds en 1525 face à des paysans alsaciens révoltés. Les troupes lorraines auraient commis des massacres qui ont laissé des traces dans les mémoires.

« Je me suis toujours méfié des Lorrains » nous explique Robert, au pied du mur. « Avec leurs oreilles pointues, ils sont pauvres et veulent nous envahir pour prendre le travail des honnêtes travailleurs alsaciens. Nous ne voulons pas d’une région lorraine qui vivrait sous perfusion des richesses alsaciennes. »

C’est la raison pour laquelle Robert a démarré un projet fou : construire un mur de près de 300 km sur toute la longueur de la frontière séparant l’Alsace et la Lorraine afin de protéger sa région contre « l’attaque de l’envahisseur lorrain ». Ce week-end, ce fervent alsacien a posé les premières pierres du mur entre les communes d’Obersteinbach en Alsace et Sturzelbronn en Moselle, près de la frontière allemande.

carte

Avançant à la vitesse de 5 à 6 mètres par jour et grâce à la médiatisation de son action, Robert espère être rejoint par d’autres défenseurs de la cause alsacienne dans les prochaines semaines. « Plus nous serons nombreux, plus nous irons vite » s’exclame-t-il, truelle à la main.

Mais le gouvernement ne semble pas prêté attention aux actions menées par les opposants à la réforme territoriale. Manuel Valls présentait ce mardi 28 octobre devant le Sénat la nouvelle mouture de la réforme territoriale. Il a réaffirmé qu’il ne souhaitait pas que la future carte des régions soit changée par rapport à celle votée par l’Assemblée nationale en première lecture en juillet. L’Alsace sera bien fusionnée avec les régions Lorraine et Champagne -Ardennes.

Une information qui ne démotive pas notre maçon alsacien qui a décidé d’accélérer la construction de son mur afin que définitivement, « les alsaciens ne se mélangent pas aux lorrains ».

La Rédaction.

A lire également sur le même sujet : « Drame de la réforme territoriale : des milliers de réfugiés lorrains fuient l’Alsace »

Share Button

Comments

comments